Kindertotenlieder

Les notes parlent aux mots, et chaque instrument dialogue avec tous. Il n’est pas jusqu’à la langue qui ne rende ce chef-d’oeuvre de Gustav Mahler émouvant jusqu’au frisson de poule.

Par le baryton Jesus Suaste et le State of Mexico Symphony Orchestra, sous la direction à mains nues de Kenneth Woods :
I. Nun will die Sonn’ so hell aufgeh’n (texte bilingue allemand-anglais).
II. Nun seh’ ich wohl, warum so dunkle flammen (texte bilingue allemand-anglais).
III. Wenn dein Mutterlein (texte bilingue allemand-anglais).
IV. Oft denk’ ich, sie sind nur ausgegangen ! (texte bilingue allemand-anglais).
V. In diesem Wetter (texte bilingue allemand-anglais).

Par Dietrich Fisher Diskau & Lorin Maazel. Le son est ici de qualité plus médiocre encore, mais il est dit que la musique est également affaire d’yeux et de corps qui débordent des oreilles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s