Kindertotenlieder

Posted on 15 mai 2008

0


Les notes parlent aux mots, et chaque instrument dialogue avec tous. Il n’est pas jusqu’à la langue qui ne rende ce chef-d’oeuvre de Gustav Mahler émouvant jusqu’au frisson de poule.

Par le baryton Jesus Suaste et le State of Mexico Symphony Orchestra, sous la direction à mains nues de Kenneth Woods :
I. Nun will die Sonn’ so hell aufgeh’n (texte bilingue allemand-anglais).
II. Nun seh’ ich wohl, warum so dunkle flammen (texte bilingue allemand-anglais).
III. Wenn dein Mutterlein (texte bilingue allemand-anglais).
IV. Oft denk’ ich, sie sind nur ausgegangen ! (texte bilingue allemand-anglais).
V. In diesem Wetter (texte bilingue allemand-anglais).

Par Dietrich Fisher Diskau & Lorin Maazel. Le son est ici de qualité plus médiocre encore, mais il est dit que la musique est également affaire d’yeux et de corps qui débordent des oreilles.