Henri Dutilleux

Posted on 25 mai 2008

0


Oyez, oyez mélomanes :

A en croire le papier de Renaud Machart dans le Monde du 9 septembre dernier, Henri Dutilleux vient de composer un chef-d’oeuvre, tout juste créé au Japon par Seiji Ozawa à la baguette et Renée Fleming au chant. A en croire des oreilles qui ne connaissent que trop mal mais tout de même un peu ce compositeur, c’est tout à fait plausible. Son Tout un monde lointain… pour violoncelle et orchestre est subjugant à réécouter, un soir de septembre dans le salon d’érable tendu.

WebOL se permet, ce faisant, d’évoquer sa propre fascination, le picotement des sens et ce vertige d’assister au dévoilement d’une oeuvre. L’on peut ressentir de pareilles joies avec la chorégraphie, la littérature, les arts plastiques. WebOL emmagasine des expériences à la pelle mais c’est un autre chapitre… car, chose personnelle, les rythmes, les traits, les couleurs, les gestes le renvoient toujours aux mots (marrant tout de même que ce soit le début de Vents, ce grand poème de Saint-John Perse, qui lui soit venu à l’esprit ce soir-là de septembre ; précisions sur demande pour qui sera intéressé).

Evoquons juste ici l’ivresse musicale. WebOL avoue avoir parfois pensé à ses aïeux européens assistant en 1791 à la première à Vienne de la Flûte Enchantée, sa madeleine opératique à lui. Ce fut ces dernières années : Michael Lévinas, Pascal Dusapin. Ce serait cette saison-ci : Peter Ötvös et d’autres.

Bref, WebOL rend hommage à Henri Dutilleux demeurant pour moi cet homme élégant entr’aperçu jadis au Conservatoire de Douai. Sa musique est précieuse comme le sont tous les acteurs qui font vivre la musique d’aujourd’hui : l’Ensemble InterContemporain, la Fondation Paul Sacher, les Donaueschinger Musiktage (festival), la base de données de l’IRCAM et plus @ Lavoisy/Net (Privé > Musique Contemporaine).

Posted in: Art'OL, Musique