XXI

Posted on 29 mai 2008

0


Pierre Assouline avait raison de saluer la création, en janvier 2008, d’une nouvelle revue où l’écriture prime : XXI.

Sera-ce un équivalent francophone de Granta, du New Yorker, du New York Times Magazine ? Il tardait à WebOL de découvrir le premier numéro et de vérifier si l’effort typographique indispensable est à la hauteur de sa saine ambition éditoriale. Monocle, superbe d’un an d’âge, aurait pu prendre aux côtés des glorieux titres précédemment cités, si les textes étaient plus longs.

Rue89 faisait patienter, juste ce qu’il fallut pour courir en librairie. Après l’avoir fait, l’on vérifie que XXI parle de l’écriture pour dire le monde et l’on écrit avec des mots, des photos et de dessins. Le journalisme n’est pas, l’éditorial du second numéro le rappelant, affaire de regard mais plutôt de curiosité. Il est également fait référence au reporter polonais Ryszard Kapuscinski pour qui le journalisme devait « construire une image globale à partir de détails« . Il expliquait cela :

« Parfois en décrivant ce que fais, j’ai recours à l’expression latine ‘silva rerum‘, une ‘forêt de choses‘. C’est mon univers, une forêt de choses, et je vis en voyageant dedans. Pour comprendre le monde, il faut le pénétrer aussi profondément que possible« .