2 ouvrages

Posted on 22 juin 2008

0


Faisons écho à deux publications relavant du patrimoine industriel et économique, dont (Web)OL fut naguère le maître d’œuvre en chef :

– Pour la Caisse d’épargne des Alpes (tout récemment devenue Caisse d’épargne Rhône Alpes, après la fusion avec celle de Lyon), l’ouvrage sous-titré De l’abeille à l’écureuil.
Comme le dit le blog de la revue  »L’Alpe » , la première Caisse d’épargne et de prévoyance de la région alpine est créée en 1834 à Grenoble. Ce livre retrace la longue histoire d’une institution qui se démarque des autres banques dès ses origines en considérant les clients les plus défavorisés. En évitant les clichés trop faciles (notamment autour du fameux livret A), cet ouvrage est exemplaire. Il narre une saga passionnante qui insiste sur ceux qui ont fait et font encore la Caisse d’épargne, bénéficiant d’une documentation particulièrement riche, notamment en termes d’iconographie.

– Pour l’École Française de Papeterie et des industries Graphiques (EFPG), leur ouvrage du centenaire sous-titré La fibre de l’innovation.
Comme l’annonce le site de l’École, créer une école d’ingénieurs papetiers, était-ce bien raisonnable ? L’était-ce plus qu’une école du verre, de l’acier, ou du ciment ? S’il s’agissait de former des cadres techniques de haut niveau pour faire fonctionner des machines à papier et faire tourner les usines, n’avions-nous pas, sortant de nos écoles, qu’elles soient Centrale ou les Arts et Métiers, des ingénieurs parfaitement compétents ? Qu’est-ce que le papier pour mériter une telle attention et un tel investissement ? En d’autres termes, 1907-2007 : les 100 ans de l’École Française de Papeterie et des Industries Graphiques (EFPG) seront célébrés le 15 juin prochain, à Grenoble. Une belle occasion de dresser le bilan d’un siècle d’histoire, d’enseignement, de recherche et d’innovations. L’occasion également de parler des défis actuels et à venir, et de jeter les bases des futures évolutions de l’école.