« De la connaissance historique »

C’est peu de dire la richesse de lectures et relectures de l’ouvrage d’Henri-Irénée Marrou, De la connaissance historique qui peut fonder ou sinon éclairer une vocation historienne. Thucydide (sic) en fait une courte présentation dans son Webzine-de-l’Histoire. Toute historiographie aurait intérêt à retenir ce nom (voici une note dénichée dans la Bibliographie d’Orientation de Hannick et Poucet, ULB), aux côtés de Paul Veyne, de Jacques Le Goff et plus anciennement de Lucien Febvre et Marc Bloch dont le « Le bon historien ressemble à l’ogre de la légende. Là où il flaire la chair humaine, il sait que là est son gibier » vaudrait épigraphe.

Un autre auteur primordial est Paul Ricoeur (@WebOL), qui eut pour principal mérite épistémologique d’avoir fait le lien entre connaissance et narration dans son Temps et Récit, puis Histoire, Mémoire, Oubli.

Quant à la différence entre Histoire et Mémoire (@WebOL), elle a portée politique éminente. Bref, courrons lire l’avant-dernier numéro de Sciences Humaines, Paroles d’historiens.

(A suivre & à réécrire)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s