Se raconter

Le biographe expert a la vie dure s’il veut se confronter aux très grands écrivains. Eux savent trouver un rythme, créer une œuvre à partir d’une vie et montrer, subrepticement, que l’écriture est un jeu de langages en choisissant, parfois, des mises en abime. Il ne s’agit pas, dans ces cas, de l’idée rebattue selon lequel tout artiste ne prend que lui-même comme sujet -cliché usé- mais bien d’autobiographies plus ou moins annoncées.

Cees Nooteboom a écrit Pluie Rouge, Günter Grass Pelures d’Oignon, Julien Gracq La Forme d’une Ville pour ne citer que quelques moments @LitteraturOL. Rien de simplement chronologique et exclusivement narratif qui puisse inviter à mieux qu’en lisant en écrivant.

Que reste-t’il à l’expert ? L’investigation critique chez Pierre Assouline, le choix pertinent du prisme des idées chez François Dosse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s