Zauberwörter

A quoi reconnait-on un chef-d’oeuvre ? Qu’il soit proche d’un autre, sans en singer le style.

Der Zauberberg (La montagne magique) de Thomas Mann est le plus proustien des romans. N’est pas proustien le simple fait des phrases longues (Claude Simon ne l’est pas, par exemple), n’est pas proustien le rythme de l’écriture de Thomas Mann mais rien n’est plus proche que cette manière de parler du temps, de faire de la mémoire l’un des fils d’un récit très long.

Chut, lisons des mots magiques, des Zauberwörter.

& :
TM (@Nobelprize.org).
Werke von TM (@Gutenberg.org).
Das Buddenbrookhaus in Lübeck, Heinrich-und-Thomas-Mann-Zentrum (Museum + Gesellschaft/Society).
Hommage à la famille Mann | Chut, je lis | 18 novembre 1922 (@littératurOL).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s