Who reads hears more

Musique avec les yeux, au titre d’un billet d’à-côté ; c’est aussi affaire de lecture. L’allemand peut être utile, par exemple pour suivre subjugués les symphonies de Mahler truffées d’indications (« ohne eilen » pour ne pas presser, « etwas zurückhaltend » pour retenir quelque peu comme un ritardendo…) ou pour plonger dans l’abondante activité éditoriale germanique.

Les éditions Schott proposent un petit opuscule joliment intitulé l’Art de la lecture de partition. Qui lit écoute plus dont une double page est consultable sur écran et téléchargeable et à commander gratuitement « solange der Vorrat reicht« .

De l’art de l’écoute en fait, pour saisir les moindres détails et les mouvements d’ensemble : « Die Kunst des Partiturlesens

Eine Partitur enthält den gesamten Notentext eines Musikwerkes, damit der Dirigent und jeder, der sich näher mit dem Stück beschäftigen will, genau nachvollziehen kann, was das Orchester oder das Ensemble spielt. Dabei sind die Instrumente so angeordnet, dass alle Noten, die zur gleichen Zeit erklingen, genau untereinander stehen.

Partituren helfen beim Hören, Begreifen und Interpretieren von Musikliteratur. Wer nur zuhört, erkennt viele kostbare Kleinigkeiten nicht, die beim Mitlesen nach ein wenig Übung regelrecht sichtbar werden. Der Kompositionsstil und die Charakteristik eines Werkes lassen sich mit der übersichtlichen Partitur schnell begreifen – das ist nicht nur Grundvoraussetzung für jede Analyse, sondern auch für das eigene Spiel.« 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s