Robert Walser

Posted on 13 septembre 2009

0


Petites proses ne signifient pas forcément textes bancals par leur brièveté qui, chez des écrivains mineurs, serait sécheresse. Robert Walser, même traduit en français magnifiquement du reste par Bernard Lortholary, a une écriture d’une fluidité teintée d’ironie, juste distanciée.

& :
Die Rose (@Wikipedia/Deutsch).
RW Zentrum in Bern (CH) : « Eröffnung vom 18./19. September »  (2009).
Kritische RW-Ausgabe.
RW by J. M. Coetzee (New York Review of Books, 2000).
RW by Benjamin Kunkel (The New Yorker, 2007).
RW par Pierre Assouline (2006), pour qui « un écrivain m’est tombé dessus au moment où je m’y attendais le moins ». Et puis, RW est « le genre d’écrivain qui vous tient compagnie pendant toute une vie de lecteur, au moins. On ne s’en débarrasse pas et c’est tant mieux« . Et aussi, RW est « l’homme qui marche, un écrivain du genre piéton éternel, capable de relier sa Bienne à leur Genève à marche forcée, exemple remarquable de nomadisme helvète. Ainsi élevée au rang d’un des beaux-arts, la promenade redevient un art de vivre. Il marche même malade hanté par le pressentiment de sa mort. Rarement un personnage aussi immobile aura ainsi ébranlé le milieu du monde. »
Ajout (juin 2011) : RW par Laurent Margantin en ces Oeuvres ouvertes, à propos de Vie de Poète (Ed. Zoé), pour qui « C’est un monde « frais, vaste et lumineux » qui s´offre au poète dès les premières lignes de ce « voyage à pied » que représente l´ensemble du livre, découpé en différentes histoires qui, tout en étant indépendantes les unes des autres, s´enchaînent sur un plan chronologique. D´abord, un homme part avec son baluchon, semblable au personnage d´Eichendorff dans Scènes de la vie d´un propre à rien. Soudainement, le poète largue les amarres, s´affranchit de la vie bourgeoise qui le menaçait, cherche sa liberté. Comme le déclare Walser lui-même à Carl Seelig des années plus tard : « La seule terre sur laquelle le poète peut créer est celle de la liberté ». Sans elle, la vie et l´écriture poétiques sont impossibles. Aller librement dans la nature, sur un mode romantique, voilà ce qui garantit le surgissement d´un souffle nouveau et puissant.« 

Posted in: Littérature