Traduction

Le tandem Traduction-Trahison est devenu une telle bouteille à l’encre qu’il noie la compréhension. Un tout récent billet de Pierre Assouline en parle avec une passion irrésistible au bénéfice de la rencontre avec Svletana Geier, née Ivanova :  « Il faut lever le nez quand on traduit« .

Mon professeur disait toujours : « Il faut lever le nez quand on traduit ». Cela signifie qu’on ne traduit pas de gauche à droite, en suivant la langue, mais seulement après que l’on se soit approprié la phrase. Elle doit être digérée de l’intérieur, toucher le cœur. Je lis le livre si souvent que les pages en sont trouées. D’abord je le connais par cœur. Ensuite vient un jour où enfin j’entends la mélodie du texte.

Cela arrive, effectivement.

& :
Lydia Davis (@LittératurOL), pour d’autres mots passionnants sur la traduction.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s