Traduction

Posted on 31 octobre 2010

0


Le tandem Traduction-Trahison est devenu une telle bouteille à l’encre qu’il noie la compréhension. Un tout récent billet de Pierre Assouline en parle avec une passion irrésistible au bénéfice de la rencontre avec Svletana Geier, née Ivanova :  « Il faut lever le nez quand on traduit« .

Mon professeur disait toujours : « Il faut lever le nez quand on traduit ». Cela signifie qu’on ne traduit pas de gauche à droite, en suivant la langue, mais seulement après que l’on se soit approprié la phrase. Elle doit être digérée de l’intérieur, toucher le cœur. Je lis le livre si souvent que les pages en sont trouées. D’abord je le connais par cœur. Ensuite vient un jour où enfin j’entends la mélodie du texte.

Cela arrive, effectivement.

& :
Lydia Davis (@LittératurOL), pour d’autres mots passionnants sur la traduction.

Posted in: Littérature