Pentti Sammallahti

Posted on 12 janvier 2013

0


Pentti Sammallahti ne photographie pas en noir et blanc, mais avec toute la palette des gris que la lumière dilue même par temps couvert. Ici au loin montre le monde profond du photographe regardant les photons de neige ou de dégel. L’ouvrage publié par Actes Sud lui rend grâce par une impression particulièrement soignée.

Sous les neiges, la lumière peut être intensément calme, plus que vibrante. La neige est sur la page comme le crépis vieilli faisant croquer la feuille. En somme, le calme est lumière, mais d’un battement, et ronge parfois, comme perplexe ou légèrement anxieux. On peut imaginer l’avant-tempête, que l’on pourrait se figurer révélateur apocalyptique.

« Ici au loin » (via Photographie.com) ?

Didier Brousse, le galeriste de Camera Obscura qui a fait découvrir l’artiste en France en 2001, se souvient de l’enthousiasme d’Henri Cartier-Bresson devant ces images singulières du Nord. Sans même connaître son nom, HCB faisait l’emplette d’un tirage de Pentti Sammallahti. Ce coup de cœur, beaucoup le partageront, séduits par ces tonalités rurales hivernales, par ces nuances de gris aussi riches qu’elles absorbent même le silence, par ces sujets qui semblent surgir d’une toile de Breughel ou des pages d’un recueil de contes et légendes.

La monographie publiée par Actes Sud, la deuxième en France après l’essentiel Photopoche n°103, devrait figurer parmi les beaux livres les mieux accueillis en cette période de fin d’année. Une reliure à l’italienne conforme aux cadrages que Sammallahti préfère horizontaux, voire panoramiques, une impression magique au plus près des tirages originaux ouvrent en grand un univers trop vite décrit comme atemporel et limité aux contrées septentrionales de la Finlande natale de Sammallahti, et de ses voisins de pays scandinaves ou baltes. L’ouvrage nous entraîne en images datées sous les latitudes plus solaires de l’Afrique et de l’Asie pour y retrouver la même veine poétique. Sammallahti y conserve son empathie pour les autochtones rencontrés sans autre folklore qu’un quotidien décrit dans la vérité des gravures laissées par les artistes voyageurs de jadis, dans lesquelles les animaux ont part égale avec les hommes, et où la mélancolie n’est pas hostile à l’humour quand à Paris deux pigeons singent la démarche d’un Général statufié.

& :
Google Images | Galerie Camera Obscura | Die Zeit > Reisen – « Der Finne Pentti Sammallahti bezeichnet sich selbst als Wanderer. In seinen Bildern spiegelt sich seine Liebe zu Menschen, Tieren und entlegenen Regionen – Reisen und Fotografieren gehören für ihn zusammen. (…) » | The Guardian > Photography – « The restless Finnish photographer is a craftsman who finds the same odd, melancholic poetry in locations across the globe. (…) » | Les rencontres d’Arles | Photo-eye Gallery | ArtNet | Polka | ActuPhoto – (PS).
BOP (Association Bricolages Ondulatoires et Particulaires).
Photographie ? | Photography ? – (@WebOL).
LucOL | Nivem – (@EcritOL).

(Clin de clic à la LNdV).

Posted in: Art'OL