Du rythme, de Mozart et des oiseaux

Posted on 4 juillet 2013

0


L’amateur peut comprendre, par ses oreilles et son corps même happé par un flot irrésistible, combien la musique de Mozart est très rythmique. Des souvenirs feraient remonter que la Symphonie n°25 en sol mineur, K.183 (YouTube, ici par Karl Boehm et les Wiener Philharmoniker ou, sans l’image, par Neville Marriner et l’Academy of Saint-Martin-in-the-Fields) est « du swing » et, surtout, que le Concerto n°20 pour piano en ré mineur, K.466 (Youtube itou, par Maria João Pires accompagnée par Armin Jordan et l’Orchestre de Chambre de Lausanne) possède une dynamique qui tient le ventre et emporte la tête.

Le choc fut d’autant plus vif de tomber sur quelques lignes d’Olivier Messiaen :

[Mozart] le plus rythmicien de la musique classique.

Qu’est-ce que le rythme ?

Schématiquement, une musique rythmique est une musique qui méprise la répétition, la carrure et les divisions égales, qui s’inspire en somme des mouvements de la nature, mouvements de durées libres et inégales.

Les chants des oiseaux sont viscéralement rythmiques, dirait OM l’écouteur-scribe ornithophile. Le jazz ? Parfois, parfois, on peut penser que le jazz est trop stéréotypé, faussement libre ; ce que décrit OM magistralement :

Il est établi sur un fond de valeurs égales. Par le jeu des syncopes, il contient aussi des rythmes, mais ces syncopes n’existent que parce qu’elles sont placées sur des valeurs égales qu’elles contredisent. Malgré le rythme provoqué par cette contradiction, l’auditeur une fois pour encore dans les valeurs égales qui lui procurent une grande tranquilité. (…). Je veux prendre un autre exemple très frappant de musique non rythmique considérée comme rythmique : les marches militaires, succession ininterrompue de valeurs absolument égales.

Chut, il ne reste qu’à écouter se laisser déstabiliser par Mozart. Les enfants, même sans lire, peuvent l’avoir compris ; il est comme un clin d’ouïe de noter que le personnage le plus truculent de la Flûte Enchantée, Papageno, est un oiseleur (Vogelfänger, en version originale). Ceux sachant lire trouveront dans l’ouvrage de Claude Samuel les citations concernant OM : Permanences d’Olivier Messiaen, Actes Sud, 1999.

& :
Mozart ? | Messiaen ? | Stravinsky ? – (MusicOL).
Sacre du printemps ? (EcritOL).

Posted in: Musique