abc of all

En français, auf Deutsch mais que cela soit écrit en romain ou en italique mais aussi pourquoi pas en amharique il faudrait décliner toutes les formes de la pensée écrite hors idéogrammes. Bref, TypoGrapho parce que WeLoveTypography.

Much lauded iLT (i Love Typography) has released a long note on the alphabet (2010-08), introducing its variety back to its origin in Sumer.

We see it every day on signs, billboards, packaging, in books and magazines; in fact, you are looking at it now — the Latin or Roman alphabet, the world’s most prolific, most widespread abc. Typography is a relatively recent invention, but to unearth the origins of alphabets, we will need to travel much
farther back in time, to an era contemporaneous with the emergence of (agricultural) civilisation itself.

SUMER – Cuneiform. « The Sumerians began to experiment with writing at the close of the fourth millennium BC, in Mesopotamia between the rivers Tigris and Euphrates (roughly modern-day Iraq). Like most writing systems, Cuneiform, initially scratched — later impressed by a stylus — into soft clay, started out as a series of pictograms — pictures representing words. The word for bird, for example, existed at first as a simple pictorial representation of a bird. The figure below demonstrates this process of abstraction or rationalization. In time, the pictures of things came to represent, not only things but, sounds. It is clear that a written language with signs that represent sounds requires fewer characters than a language in which a sign stands for a thing or an idea. We use 26 letters (and the Romans used only 23 to create some of the most outstanding literature the world has ever known) while the Chinese, for example, have to learn thousands of characters to express themselves. Even early cuneiform comprised some 1,500 pictograms. A language in which a picture or grapheme represents a thing or an idea has its advantages: people may speak any language while the written form stays the same. So a Chinese from the Southern provinces can speak a totally different dialect than his compatriot in Beijing, who would not understand him when he speaks, but can read what he writes. »
EGYPT – The writing of the gods. « The Egyptians developed a similar system of pictograms, one many of us are familiar with. Hieroglyphic inscriptions (literally sacred carving), like Cuneiform started out as pictograms, but later those same pictures were also used to represent speech sounds. Looking at the different forms of Egyptian hieroglyphs we can better understand how those pictures of things representing words became more and more abstract. While you might be familiar with the form of Egyptian hieroglyphs carved into stone (lapidary inscriptions), they do, however, come in several forms or styles — all influenced by the medium upon which they are written, the purpose for which they are written, and their intended audience. »
THE FIRST ALPHABETS – In Wadi el-Hol. « Until the discovery of two inscriptions (graffiti) in Wadi el-Hol, Egypt, in 1999, it was generally held that the beginnings of alphabetic scripts could be traced to around 1600 to 1500 BC, to the Phoenicians, a people of traders who lived on the coast of today’s Lebanon and Israel. However, the 1999 discovery reveals that, rather than the early Semitic alphabet being developed in their homeland of Syria-Palestine, it was instead developed by the Semitic-speaking people then living in Egypt. This strengthens the hypothesis there must have been ties between Egyptian scripts and their influence on those early Semitic or proto-Sinaitic alphabets. Moreover, it pushes back the origin of the alphabet to between 1900 and 1800 BC. »
PROTO SINAITIC – « At the same time as the short-lived ugaritic script was being developed (an alphabet adapted from Cuneiform), another alphabetic system emerged that was influenced by Egyptian hieroglyphs. This proto-Sinaitic alphabet of consonants was pictographic, yet each pictograph represents a sound rather than a thing or idea. It is this proto-Sinaitic alphabet that really marks the starting point, the root of numerous modern-day alphabets, from Arabic and Hebrew to Greek and Latin. »
THE PHOENICIANS – The Purple People. « This simple and ingenious modern alphabet of consonants from which the last vestiges of pictograms had been erased, is indeed a merchant’s instrument: easy to learn, to write and to adapt. And adapted it was by cultures that we are generally much more familiar with: the Greek and Roman societies that form the base of modern Western civilisation and the lesser-known Tuscans. »
GREEK – Enter the vowel. « Although the earliest extant Greek inscriptions date back to the 8th century BC — the first Olympic games were held in 776 BC — many scholars think that the Greeks adopted the West Semitic Script (the Phoenician consonant alphabet) three centuries earlier. (note: Naveh, Millard, McCarter, and Cross concur. See Naveh, pp. 185-6). For a long time (at least until the widespread adoption of Ionian script in the fourth century BC), the Greek scripts followed no fixed direction, being written left to right, right to left, and in horizontal boustrophedon. (Braille is set boustrophedonically.) »
ETRUSCAN.
LATIN – Musical chairs & the tale of Z. « The Latin alphabet that we still use today was created by the Etruscans and the Romans, and derived from the Greek. It had only 23 letters: the J, U and W were missing. The J was represented by the I, the U was written as V and there was no need for a W. The story of the Z is particularly interesting. In the third century BC, the letter G (a variant of C) was added; Z was borrowed from the Greek, then dropped as Latin had no need for it — perhaps at the behest of the Roman censor Appius Claudius; G took its place in the line-up, until the first century BC, when the Romans decided they needed the Z for borrowed Greek words (when Greek literature became the vogue), they re-introduced it, and placed it at the end of the alphabet, where it remains to this day. »
RUSTIC CAPITALS. « From the square Roman capitals (preserved on the plinth of Trajan’s Column (114 AD), developed the freer-form and slightly more condensed Rustic capitals. »
Uncial & Half Uncial – The ‘lowercase’ makes its entrance. « Most writing was of course done on papyrus and on walls, informal and quick. The cursive was the letter that Martialis read aloud to his friends when he recited his poems at night. This was a letterform that could be jotted down quickly with a reed pen dipped in ink. The ‘old’ cursive is difficult to read but the ‘new’, that evolved from the 4th century onwards resembles our own writing. It spawned the much later Carolingian minuscule letter — the Adam & Eve of printing types used today. The second great invention, the codex, came at the same time. While the Romans used scrolls made of papyrus, in the fourth century somebody had the idea to cut parchment into oblong pieces and sew them together — thus creating the first random-accessible book. Together with the eminently readable script this must be considered one of the greatest inventions of all time. »
Carolingian to Gothic – An Emperor and a Yorkshireman. « A beautiful, legible book hand; long ascenders and descenders, letting in light between the lines, open and round letters with few ligatures and variant letterforms. The early Carolingian scripts share some features with the Roman Half-Uncial (the club shape ‘head serifs’ on the ascenders of b, d, h, and l, by the 11th century these were replaced by triangular serifs, similar to those we see in numerous roman typefaces of the incunabula (latter half of the 15th century). The early, rounder a was dropped in favour of one similar to that found in early Roman Uncials. In manuscripts penned in this hand, it is not uncommon to see the r with a descender. »
Roman – Enter typography. « Printing and 15th century humanism are closely related, and since the humanist philosophers and philologists (literally ‘lovers of words’, meaning they loved classical Latin) reintroduced classical Latin as the lingua franca of their class, it is no wonder that the first roman alphabets of the earliest printers only used the 23 letters of the classical era. The J was added later. The first J in print was probably made in Italy, early in the 16th century; the written form was first used in the Middle Ages, in France and the Netherlands. The W is a letter not known to the Latins but used often in the vernacular languages of the west. Well into the 17th century it was set in type as VV, but you will also find two Vs that have been cut down and joined to form a W.« .
Putting the pieces together.

I have focused on writing systems that contributed to the later development of the Latin alphabet, but of course the story of the written word is broader and more profound. I have not mentioned writing systems that developed independently (e.g. Chinese and Japanese), and other scripts that do owe a debt to the proto-Sinaitic and Phoenician alphabets, like Hebrew and Arabic. The evolution of writing cannot be fully appreciated (comprehended, even) in isolation. Its stories are woven deep into the fabric of histories and civilisations, its paths steered by politics, religion, economics, and by innumerable other factors. So, the next time you set pen to paper, or tap keys on your keyboard, take a moment to reflect on the origins of these simple signs, signs that furnish us with incredible power — the power to describe all things.

& :
TypoGrapho (WebOL) | Twitter/@webol/Typo.

EDIT : First version in 2010-09.

Photographies de sites industriels

Qui n’avait pas télévisualisé l’émission artistique d’ARTE un certain dimanche 14 octobre 2007 (de 20h15 à 20h45), sur un couple de photographes célèbres pour la photographie de sites industriels, le regrette depuis lors. C’était remarquable sur la construction des photos et donc du regard, sur la mise en valeur des chateaux d’eau, de hauts-fourneaux, d’usines magnifiquement spéciales.

WebOL est resté marqué par la découverte voici quelques années des travaux de ces 2 photographes, dans le cadre d’une exposition au Grand Hornu (lieu patrimonial qui mérite le détour, dans le Borinage près de Mons en Belgique).

Bref, du grain électronique à moudre :
Bernd & Hilla Becher.
– Liens ARTE, pour archive (il n’y avait malheureusement pas de possibilité de revisualisation 8 jours durant pour cette émission-là) : L1 & L2.
– Une page Wikipédia, à prendre avec les réserves d’usage. (Auch auf Deutsch).

A toutes vues utiles, par exemple celle de Valérie Thierry, architecte-urbaniste-voyageuse et fort bon clavier : retour à Hagondage. Laquelle VT conseille derechef de suivre Thomas Maniaque, architecte-photographe-curieux, en son Escapade toxique.

EDIT – Première version en 2008-05.

Rousseau sur écrans

L’annonce étant hautement, annuellement actuelle, le plus aisé est le copier-colle.  Produit par infoclio.ch (le portail professionnel suisse des sciences historiques), réalisé en collaboration avec la Bibliothèque de Genève et le projet e-rara.ch :

rousseauonline.ch donne accès à l’ensemble des œuvres de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778) dans leur première édition de référence, en 17 volumes in-4°, et près de 10’000 pages, souhaitée par l’auteur et publiée à Genève entre 1780 et 1789.

L’on peut donc être un lecteur solitaire (Les confessions. Les rêveries du promeneur solitaire), et mélomane (Dictionnaire de musique), nostalgique ou pas du XVIIIe siècle voire critique des idées même de JJR ; il y a de quoi approfondir la connaissance de cet auteur prolifique, grâce à un très grand soin éditorial.

Pour ce qui est de la méta-information, en effet, donc de la pratique effective de la lecture :

Les textes sont accessibles à la lecture en ligne et disponibles gratuitement au téléchargement au format PDF et au format Epub (smartphones, tablettes, liseuses, etc.). Les textes et les illustrations sont placés sous licence Creative Commons. La licence Creative Commons autorise la copie, le partage et la réutilisation des textes, pour autant que leur source soit citée.

Le texte comprend la numérotation originale des pages. Chaque numéro de page est relié par hyperlien à une image haute définition de la page originale. Le lecteur peut ainsi librement naviguer  entre le texte numérique et les images des pages en papier du XVIIIe siècle.

Isaac Newton

Can we wait longer to broadcast the news ? Isaac Newton’s own annotated copy of his Principia Mathematica is among his notebooks and manuscripts being made available online by Cambridge University Library, the so-called Newton Papers.

The Library holds the world’s largest and most significant collection of the scientific works of Isaac Newton (1642-1727), described by many as the greatest and most influential scientist who ever lived. His works launch the new Cambridge Digital Library.

(…)

Launching the website with more than 4,000 pages of its most important Newton material, the University Library will upload thousands of further pages over the next few months until almost all of its Newton collection is available to view and download anywhere in the world.

Ladies & Gentlemen, hold your breath and open your eyes : here is the digitilization of Philosophiæ naturalis principia mathematica.

Newton’s monumental Philosophiæ Naturalis Principia Mathematica, often shortened to Principia, was published in July 1687 and brought him international fame. In this three-part work, he lays out in mathematical terms his laws of motion and account of universal gravitation.

Although he was able to provide a convincing description of the effects of gravitation, Newton failed to provide a sufficient explanation for why gravity occurred, so he sought to address this and other concerns by preparing a further edition. We have digitised Newton’s own copy of the first edition. It is interleaved with blank pages so he had sufficient space for annotations and corrections for his second edition, which he eventually published in 1713.

The book was severely damaged by fire and damp some time before it was given to the Library in 1872 as part of the Portsmouth collection.

& :
The Newton Project (Univ. of Sussex, UK).
History of science ? (webOL).

Roberto Busa, s.j.

Qu’il soit ici proposé un multiple sujet : l’oeuvre du jésuite thomiste Roberto Busa pour les digital humanities, tel que le rapporte Philarête, l’auteur passionnant de l’Esprit de l’Escalier.

Il n’est qu’à lire in extenso, et ces quelques extraits :

Le Père Roberto Busa, s.j. Tout le monde s’accorde à reconnaître en lui le pionnier de ce qu’on appelle désormais les Digital Humanities– en français l’« informatique appliquée aux sciences humaines ». Roberto Busa s’est éteint le 9 août dernier, à l’âge de 97 ans, dans une indifférence quasi générale. Il est notre homme de l’année. Il n’y a plus qu’à le faire connaître.

« Il était né seulement pour faire des comptes, le computer, de l’anglais to compute, calculer, compter. Mais le père Busa insuffla dans ses narines le don de la parole ». La formule, lue dans L’Osservatore Romano après sa mort, est frappée d’un lyrisme réservé à ce type de publication, mais elle fait assez bien saisir ce que représente Roberto Busa. Il fut le premier, ou l’un des tous premiers, à comprendre que les nouveaux outils utilisés pour manier des chiffres, pour faire des statistiques à des fins scientifiques, guerrières ou commerciales pouvaient également servir la culture et les humanités. Il fut incontestablement le premier, en tous cas, à mettre cette idée en pratique. Busa fut l’artisan d’une première et monumentale réalisation : la confection de l’Index thomisticus, c’est-à-dire de la première concordance intégrale réalisée grâce à l’informatique sur l’œuvre complète d’un auteur. L’auteur était saint Thomas d’Aquin, et l’on se fera une idée du caractère gigantesque de l’entreprise en considérant que le corpus thomasien compte environ 10,5 millions de mots. Les œuvres connues d’Aristote en comptent un million, celles de Platon un demi million. Dans l’Index thomisticus, chacun des mots écrits par Thomas est répertorié, avec son contexte et la référence précise. Il est, le cas échéant, relié à son lemme (la forme principale du mot, qui peut être décliné s’il s’agit d’un nom, conjugué s’il s’agit d’un verbe, etc.). L’Index propose évidemment les statistiques de fréquence, qui sont d’une grande utilité pour les lexicographes. Le travail mené par le P. Busa, avec la collaboration d’IBM, commença en 1948. Le premier volume imprimé sortit en 1974, et l’ensemble des 56 volumes achevé en 1980. Il s’agit probablement du plus grand ouvrage publié à ce jour. Et comme Roberto Busa ne cessa jamais d’accompagner, sinon de précéder, les innovations constantes dans le domaine informatique, il veilla également à ce que l’Index fut, dès que possible, édité sous forme de CD-Rom, avant de donner son accord à sa mise en ligne, effective en 2005. Au long d’une vie de travail incessante, il posa les fondements de l’hypertexte, de l’analyse linguistique et de la lexicographie informatisée, et réalisa des avancées décisives dans le domaine de l’« intelligence artificielle » et de la traduction automatique.

et :

Roberto Busa joua un rôle décisif dans l’invention de ce qu’on appelle désormais l’hypertexte. C’est un des aspects où l’informatique représente un saut qualitatif, et non seulement quantitatif, dans l’édition de textes : elle permet d’enrichir le texte par diverses « balises » qui signalent, par exemple, que certains mots sont une citation d’un auteur et non les propres mots du rédacteur du texte, que tel nom propre est un nom de lieu ou de personne, ou qu’il existe pour tel passage telle ou telle variante dans un autre manuscrit. Dans le domaine des études médiévales, un grand travail issu de cette technique fut l’étude d’un cadastre florentin du XVe siècle (Les Toscans et leurs familles. Une étude du Catasto florentin de 1427, par D. Herlihy et Ch. Klapisch-Zuber, 1978). À la même époque paraissaient les 56 volumes de l’Index thomisticus. Busa n’était plus seul : de par le monde, des chercheurs de toutes disciplines recourraient désormais à l’informatique pour mener à bien des travaux dont la possibilité même n’aurait pu être envisagée sans cet outil.

Mais tout est à lire dans ce billet de Philarète (bis), auquel ces quelques liens sont ajoutés sous l’invitation de Wikipedia/Roberto_Busa :

Corpus Thomisticum
Web-based Index Thomisticus search engine
Index Thomisticus Treebank

& :
ADHO | ADHO/Resources (Alliance of Digital humanities).
Digital Humanities International, veille sur les « Humanités Numériques et champs associés » (CNAM, FR).
OpenEdition.org (Revues.org, Calenda, Hypotheses.org) | Revues.org ? (webOL).
– Twitter/@marindacos/digitalhumanities

La lecture n’est pas le livre

François Bon ne le dit pas avec ces mots, pourtant son passionnant entretien récent dans Libération est un résumé dense de son dernier ouvrage Après le livre (tel que repris par Arnaud Maïsetti mais FB vient lui-même de le mettre en ligne intégralement). Il s’agit, en auto-citation, de comprendre les pratiques et les supports de l’écrit,

Oui, l’écriture est affaire de technique ; cela n’est pas nouveau :

Il n’y a pas à faire l’apologie de techniques. Il y a deux idées importantes : la première, que l’écriture a toujours été technique, y compris lorsque Flaubert s’emporte parce que certains remplacent la plume d’oie par une plume de métal. La seconde : dans ces mutations, le nouveau est rarement aussi parfait que ce qu’avait atteint l’ancien, ça vaut pour l’imprimerie aussi. C’est seulement ce trimestre que les « liseuses », par exemple, deviennent confortables et amusantes. Nous devons confier aux modes de lecture numérique des contenus infiniment précieux, alors même que les supports évoluent, et que derrière il y a des monstres froids qui se moquent bien de tout ce qui n’est pas le commerce.

Oui, l’écriture de blog n’est pas nouvelle ; Roger Chartier et Robert Darnton en parlent avec beaucoup de finesse historienne, lequel premier parle d’or (« Ecouter les morts avec les yeux », « Ecrits et cultures dans l’Europe moderne ») :

Un peu ras-le-bol de voir répéter sans arrêt que le blog, c’est n’importe quoi. L’état relativement stable du livre imprimé avait comme compensation une fixation et une hiérarchisation de l’œuvre, qu’il nous appartient de rouvrir. Le temps de Kafka inclut un temps social, chaque fin d’après-midi retrouver ses copains auteurs ou théâtreux, inclut ses lectures à haute voix, comme il inclut son travail dans sa compagnie d’assurance. Et le temps de Kafka écrivain est basé sur la récurrence quotidienne de la prise d’écriture, qu’il s’agisse de lettres, textes brefs qui avancent par séries ou ses trois romans. Dans tous les cas, c’est le marquage quotidien de la prise d’écriture, que seuls les trois romans abolissent partiellement. Et cela vaut aussi en partie pour Flaubert, Stendhal, Balzac ou Proust. Le blog, dans cette approche, c’est seulement le déplacement d’un curseur entre face publique et face privée de l’atelier.

Oui, l’écrivain est un mot, un concept, une réalité sociale avec une épaisseur historique, pas une existence intemporelle :

Le terme « écrivain » est d’apparition récente, au XVIIe siècle (voir Alain Viala), et sa starification encore plus récente, au XIXe (voir Roger Chartier). Ce qu’on définit comme littérature s’est toujours constitué rétrospectivement, aussi bien pour Bossuet et Saint-Simon que pour Marcel Proust (en partie) ou Artaud et d’autres. Avec le Web, disparaissent les hiérarchies de publication, mais se composent des galaxies de communautés, incluant des expériences très denses d’écriture solitaire aussi bien que d’étonnantes aventures d’écriture collective. D’autre part, la notion de droit d’auteur devient obsolète : une large part de nos chantiers est en accès gratuit sur nos sites, et nos autres sources de revenu se démultiplient (lectures et performances, live-blogging). Le livre numérique peut devenir une ressource économique majeure pour les auteurs (la répartition des coûts est totalement autre, à Publie.net nous pratiquons un partage égal des recettes nettes, 50-50 entre l’auteur et la structure), mais les modes d’accès se multiplient, via abonnements, streamings, etc. Comment tout cela ne rejaillirait pas sur une idée de l’auteur construite autrement que dans la figure héritée du XIXe siècle ?

L’entretien est trop bref pour souligner le problème de l’existence éphémère de nombres publications imprimées, du fait de leur séjour très court en librairie et de la fringale du pilon. Mais, non, celui qui croit que l’écran est la mort du papier s’incline devant un Grand Partage dont l’illusion s’estompe. Pour boucler sur le titre du présent billet, l’ultime extrait sera :

L’histoire du papier est mobile, fascinante, complexe. Mais l’histoire du livre a commencé bien avant le papier. La question n’est même plus celle de transférer sur support électronique ce que nous aimions dans le livre, elle est d’explorer en quoi ces nouveaux modes de lecture autorisent d’autres formes de récit, d’interaction – c’est en ce sens-là que le numérique (le web notamment) n’est pas un succédané au papier pour le même objet, mais une aventure de langue qui excède le territoire du livre. Pour le papier, essayez toujours de dessiner sur votre livre une petite case avec marqué « recherche », vous aurez du mal.

(Bienvenue-encouragement à VT).

& :
– « La littérature n’a jamais visé à fabriquer des livres, mais des mondes« , ou un article du Magazine Littéraire, repris par FB à propos de son ouvrage.
Tiers-Livre, passionnant | Twitter/@fbon, très bavard mais noeud de réseau (FB).
Trace et mémoire de l’écriture | Numérigraphie des objets | Qu’est-ce que lire ? | « Ecouter les morts avec les yeux » (Roger Chartier) | « Ecrits et cultures dans l’Europe moderne » (Roger Chartier) | Supports de l’écrit (webOL).
– Eh tenez,le B(l)eau(g) calme de l’écrit (ecritOL).

Graphisme technique (6)

Seront publiés ici des bouts de thèse, laquelle est disponible en fichiers séparés via WebOL ; ces extraits doivent en donner la substance, sans l’appareil de notes : « La Matière et l’Action : Le graphisme technique comme instrument de la coordination industrielle dans le domaine de la mécanique depuis trois siècles ».

Après la conclusion générale, enfilons les écrans : d’abord le chapitre second de la partie I intitulée La fabrication en filigrane.

& :
– Reprendre le chapitre précédent intitulé
Décrire ce que l’on sait faire.
– Consulter la conclusion générale
.

 Transmettre les savoirs par les objets (I.2)
| Introduction

Se focaliser sur l’objet pour transmettre des savoir-faire

Le chapitre précédent a commencé à aborder la question de la fabrication qui est, au cours du XVIIIe, bien présente. L’objet de ce chapitre est de montrer que certains graphismes techniques, se focalisant sur un objet —défini ici comme un assemblage de pièces ou même un ensemble de machines formant une unité (que l’on précisera)—, constituent des discours sur la fabrication. Nous avons établi précédemment que des graphismes techniques du XVIIIe siècle contiennent des informations sur la fabrication. Pour autant, les différents graphismes techniques interviennent-ils directement dans l’étape de fabrication : permettent-ils à eux seuls de la guider ? Nous verrons qu’il est très difficile de répondre à cette question car le graphisme peut renvoyer à d’autres modes de coordination tels que l’oral qui tient très certainement une grande place. Quoi qu’il en soit, la fabrication est un registre présent dans les discours, les objets, les institutions : bref, elle apparaît a minima en filigrane.

Il s’agit de transmettre des savoirs et des expertises liés à la fabrication et à son organisation. Cet aspect est particulièrement vrai même lorsque les graphismes techniques ne montrent plus directement l’environnement autour de l’objet fabriqué, comme dans les planches de la Description des arts et métiers et l’Encyclopédie1. Nous présenterons notre analyse à partir des acteurs (démonstrateurs, élèves, ingénieurs), des instruments (la cotation, les lavis, les maquettes), des compétences (standardiser, enseigner, collecter, conserver, rapporter, ordonner). Nous verrons également que la fabrication d’objets ne se joue pas seulement à l’intérieur de l’atelier mais aussi dans des lieux de formation, de collecte, de conservation ou encore dans des ateliers de fournisseurs de matières premières.

Différentes approches du graphisme technique du XVIIIe

Les travaux qui nous sont contemporains semblent négliger les relations existantes au XVIIIe entre le graphisme technique et la fabrication d’objets. En général, la fabrication n’est que rarement mise en relation avec les graphismes techniques considérés. La plupart des auteurs évoquant les graphismes en couleur (les lavis) se posent la question suivante : est-ce de l’art ou de la technique ? C’est-à-dire : ces graphismes sont-ils des œuvres relevant des Beaux-Arts ou un support de communication pour la fabrication ? Reformulons les deux volets de l’alternative : sont-ce de la représentation des formes, des aspects extérieurs ou plutôt des dimensions ? En première analyse, nous pourrions dire d’une part que la cotation, les échelles, la représentation des parties intérieures des objets (via les traits en pointillés, figurant les parties cachées) sont liées à la fabrication, à la technique ; d’autre part que les couleurs, les ombres renvoient à l’esthétique.

La posture défendue dans ce chapitre est que ces aspects ne s’opposent pas toujours si catégoriquement. Dans le cas des planches de l’Encyclopédie, les personnages des planches donnent une échelle, i.e. l’ordre de grandeur des objets est implicitement défini par rapport à la taille d’un homme : les machines, les objets, les humains forment un univers commun dans lequel ces derniers sont les référents. Nous avons vu, dans le chapitre précédent, que la représentation formelle est un discours sur la fabrication. Considérons également les lavis du Portefeuille Vaucanson2 et faisons l’hypothèse suivante : les différents types de graphisme technique —lavis, gravures de l’Encyclopédie entre autres— n’ont pas de forme précise préalable ; leur forme, leur signification proviennent de l’interaction d’éléments extérieurs comme les objets ou les contextes d’usage.

Certes Alain Mercier montre bien, notamment dans sa brève étude sur la cotation, que la fabrication n’est pas extérieure au contexte dans lequel évolue le graphisme technique du XVIIIe. L’optique de ce chapitre est cependant différente de la sienne : il traite plutôt d’une histoire de la représentation des formes, alors que l’ensemble de ce mémoire est une histoire de l’instrumentation de la fabrication. Les conclusions sont parfois opposées : le graphisme tel que nous l’étudions concerne dès à présent la fabrication.

En outre, à partir de la notion d’« ingénieur-artiste » empruntée notamment aux travaux d’Antoine Picon, nous parlerons de Vrégille, qui peut être considéré comme un artiste au sens qu’il partage avec nombre de peintres la maîtrise de l’aquarelle mais aussi comme un ingénieur, en ce sens qu’il traite de fabrication : il organise, il planifie, il rapporte. A son propos, nous nous demanderons s’il conçoit : quoi ? avec quoi ? pour qui ? comment ? Les questions suivantes seront les nôtres : comment la fabrication est-elle décrite ? présentée ? masquée ?

Nous avons évoqué plusieurs sortes de graphismes. Est-il possible d’en distinguer cinq types, à partir des catégories définies par Ken Baynes et Francis Pugh ?
– Le « dessin de conception » : ce que nous nommerons brouillon dans ce chapitre ;
– Le « dessin de projet » : qui est issu des bureaux de construction datant d’une période postérieure à celle qui nous occupe ici ;
– Le « dessin de fabrication » : celui qui sera décrit ultérieurement comme un ordre de fabrication ;
– Le « dessin de récolement » : réalisé après la fabrication, pour tenir compte des écarts survenus lors de celle-ci ;
– Le « dessin d’illustration technique » : pour donner à voir, pour faire de la promotion.

Pour autant, toute typologie laisse supposer qu’il est possible de séparer clairement les différentes fonctions d’un graphisme. En outre, on parle ici du XIXe siècle, lorsque la fabrication est un registre établi de toute autre manière : pour paraphraser Alain Mercier, il est encore trop tôt pour parler de graphisme comme « un dessin industriel [au sens strict] », i.e. directement lié à la production. Le premier point de ce chapitre, concerne la cotation dans l’élaboration des lavis, et s’attachera à montrer, au contraire, que la représentation des formes et les annotations textuelles se précisent progressivement et conjointement. Ce n’est pas parce que le dessin n’est pas autonome par rapport au texte —comme dans l’Encyclopédie— qu’il n’est pas lié à la fabrication.

Les auteurs précédemment cités traitent rarement de la fabrication comme d’une question centrale. Les travaux actuels sur le sujet sont encore très peu nombreux. Ken Alder, s’il ne considère le graphisme technique que de manière ponctuelle, étudie la fin de l’Ancien Régime et la période révolutionnaire (jusqu’à sa clôture par Bonaparte après le coup d’état de 1799). Il montre qu’une révolution productive avorte, mais débouche sur une révolution sociale. La première standardisation, celle de l’interchangeabilité des pièces, est une tentative abandonnée sous Napoléon, mais les acteurs qui l’ont portée sont en fait les grands gagnants de la révolution politique et sociale qui commence en 1789. Ils se placent dans les rouages d’un Etat qui voit se développer la technocratie : des personnes reconnues non pour leur fortune, non pour leur rang de naissance mais pour leurs compétences seront les moteurs de la création du Conservatoire des Arts et Métiers, de la future Ecole Polytechnique, etc. Elles ont notamment pour noms Monge, Conté, Vandermonde, Cécile, Molard.

Analyse des pratiques

C’est à partir des traces des pratiques que nous plongerons dans le contexte de la seconde moitié du XVIIIe siècle, moment de fortes mutations —avant même la Révolution française de 1789—.

Nous étudierons en particulier les graphismes du XVIIIe en couleur, les « lavis », terme qui désigne des dessins coloriés à l’aquarelle (on dit parfois lavés) auxquels nous associerons des graphismes, des croquis à l’encre ou au crayon moins soignés que nous appellerons brouillons.

L’étude de ces brouillons montrera que la cotation et les commentaires textuels sont des pratiques utilisées pour la réalisation des lavis. L’analyse d’un cas particulier permettra de démontrer qu’ils constituent des instruments d’expertise de la fabrication. Enfin, nous nous intéresserons à une institution : le Conservatoire des Arts et Métiers, créé en 1795 comme lieu où l’objet est isolé pour transmettre des savoirs sur la fabrication.

(…)